Portage salarial ou SASU : les différences

groupe entrepreneur en portage salarial

La création d’une entreprise peut être entravée ou prendre un excellent départ en remplissant certaines conditions. L’une des plus importantes est le choix d’une forme juridique et d’un régime fiscal. Cela définit l’entreprise à naître. Choisir une forme juridique appropriée est un choix délicat. En général, on envisage le choix d’une forme stratégique pour faciliter l’activité. Outre la forme multiple d’une société, le régime fiscal aura un impact important, notamment lorsque la société émet des titres de créance.

Parmi les possibilités, le portage salarial ou la SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) sont des choix intéressants. Mais en quoi sont-ils différents ? quels sont les impacts de l’un et de l’autre dans votre activité future.

président de SASU et salarié porté en coworking

SASU, portage salarial de quoi s’agit-il ?

Vous êtes arrivé à un point crucial de votre carrière professionnelle, vous cherchez à retrouver du sens et vous avez choisi de vous tourner vers l’entreprenariat afin de répondre à vos passions. Il est temps de choisir sous quel statut opéré. Créer une entreprise n’est pas de tout repos, il existe différentes formes pour facturer et se rémunérer. Outre la création d’une entreprise, le portage salarial permet de se lancer en se libérant de certaines contraintes administratives.

Avant d’aborder les différents points de divergence entre le SASU et le portage salarial, il convient d’éclairer le concept de portage salarial afin de le définir.

La SASU

La SASU est une forme de la Société par Actions Simplifiée (SAS) dont le statut juridique est proche de l’entreprise à Responsabilité Limitée (EURL). Elle est composée d’un seul associé.

L’actionnaire unique est responsable de la création des statuts et du montant du capital social de la société. Ce type de forme de société existe depuis 1994. Il s’agissait approximativement de l’un des types de statut juridique initial les plus souples et les plus pratiques. Les propriétaires peuvent facilement augmenter ou réduire le montant de leur capital disponible en peu de temps.

Le portage salarial

Le portage salarial est une nouvelle forme d’emploi reconnue depuis 2008, qui associe salariat et entrepreneuriat, en mettant en relation trois parties que sont le travailleur indépendant, la société de portage et l’entreprise cliente. Le statut du portage salarial permet aux entreprises de bénéficier d’une autonomie tout en témoignant des avantages du cadre juridique du salarié. Les personnes en portage salarial peuvent, ainsi, prétendre à une couverture sociale et peuvent, par conséquent, revendiquer leur statut de salarié.

Grandes différences entre le portage salarial et la SASU

Il y a plusieurs niveaux de différence entre les deux statuts qui auront un impact sur votre rémunération ainsi que sur la protection sociale.

Démarches administratives de création

Pour créer une SASU, des formulaires spécifiques sont nécessaires et nécessitent un conseiller juridique. Il s’agit notamment des documents juridiques, des formulaires d’imputation sur les salaires, de l’organisation de la société, de la réglementation, etc.

Le portage salarial se caractérise par le fait que l’acteur choisit de travailler via un contrat de services avec une société de portage. Le client et l’employé d’un freelance ne sont pas tenus d’effectuer de grandes démarches administratives. Ils signent un contrat de prestation pour effectuer une mission.

La rémunération

En ce qui concerne la rémunération, l’entrepreneur qui dirige la SASU peut soit se rémunérer en versant un salaire, soit un dividende. Il peut également cumuler les deux rémunérations ou choisir de réinvestir les dividendes.

En revanche, dans le cadre du portage salarial, la rémunération est traitée par la société de portage. Le travailleur est considéré comme un salarié de la société de portage. C’est donc elle qui lui verse un salaire duquel sont déduits les cotisations sociales patronales et salariales. Le salarié porté peut définir le montant de sa rémunération en fonction du chiffre d’affaires réalisé au cours des mois précédent. Ces conditions ont une incidence sur la rémunération du salarié porté qu’il convient de simuler avant de prendre une décision.

La protection sociale

La distinction entre la SASU et le portage salarial peut être faite dans les prestations que les travailleurs des deux systèmes reçoivent.

En effet, les prestations de la sécurité sociale sont strictement réglementées, même pour les personnes appartenant au même groupe couvert (les membres d’une SASU peuvent choisir de travailler dans n’importe quel groupe, quel que soit leur statut de couverture). Les personnes couvertes par l’établissement administratif du poste ou ayant des liens familiaux avec l’entrepreneur, bénéficient de la sécurité sociale liée à l’emploi, et non à l’entreprise. Tout autre organisme, en tant que tel, ne bénéficie d’aucune couverture sociale.

D’autre part, le salarié porté bénéficie d’un grand nombre des avantages dont bénéficie habituellement un salarié classique, depuis les cotisations de retraite jusqu’aux allocations de chômage.

L’administration et la comptabilité

En matière de gestion comptable et administrative, les obligations du président d’une SASU sont distinctes de celles d’un salarié. Il est important de comprendre les obligations du président envers la SASU d’établir des comptes, de déclarer l’impôt sur le revenu et de payer les cotisations sociales.

A contrario, avec le portage salarial, les démarches administratives et comptables sont à la charge de la société de portage. C’est la raison pour laquelle des frais sont appliqués sur la rémunération du salarié en portage.

Diriger sa SASU depuis la maison

La possibilité d’un partenariat

Il existe en effet de nombreuses sociétés créées sous le statut de SASU, dont le développement commercial passe par le statut d’entrepreneur et le partenariat avec d’autres entrepreneurs ou actionnaires.

Le portage salarial diffère. Il est utilisé pour embaucher des salariés qui travaillent pour leur propre compte. Toutefois, ils peuvent coopérer avec d’autres entreprises pour proposer de nouveaux services.

Développement et compétences

La SASU de droit général permet de suivre une formation pour accroître les compétences. L’employeur ou l’entreprise est tenu de demander l’autorisation de l’association de tutelle.

En revanche, dans le cadre du portage salarial, le travailleur indépendant a un droit immédiat à la formation. Les besoins en formation sont exprimés auprès de la société de portage, qui doit financer la formation.

L’accompagnement

La création d’une SASU permet une grande indépendance, mais nécessite de prendre en charge tous les aspects administratifs et comptables. Travailler avec un expert-comptable permet d’externaliser certaines tâches.

Dans le cadre du portage salarial, le travail d’un freelance ne garantit pas qu’il sera isolé. Lorsque le besoin s’en fait sentir, il peut faire appel au réseau de la société de portage, à une équipe d’experts et à d’autres ressources utiles pour développer son activité.

Bien que les freelances et les petites entreprises SASU soient les solutions pour créer son emploi les plus courantes, elles présentent de nombreuses similitudes. Elles ont toutes deux tendance à être peu coûteuses, faciles à mettre en place et à maintenir. Leurs différences notables apparaissent lorsque nous examinons les fonctions et les caractéristiques de chacune, ainsi que la solution qui correspond le mieux à l’objectif ou aux besoins d’un travailleur.

Publications liées
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés